24 preuves que la société agresse les femmes (Et bien plus encore)

femme libre

Pourquoi une telle liste ” 24 preuves que la société agresse les femmes ” ?

Et bien, je suis une femme alors c’est un sujet qui me touche personnellement, mais une telle liste pourrait être réalisée pour les hommes. Malheureusement, notre société ne nous veut pas que du bien…

C’est aussi un bon outil pour ouvrir les yeux. L’impact de la société sur les femmes, de tout âge, est hallucinant.

Parce qu’il n’y a pas besoin d’être féministe pour se rendre compte de la réalité du quotidien. Aujourd’hui, la femme est une superwoman qu’est-ce que cela implique: Une super femme indépendante, libre, rasée au poil, la bouche pulpeuse, une super maman qui est toujours disponible en rentrant du boulot, qui fait des gâteaux top et peut même coudre le déguisement du dernier et une super business woman, tailleur impeccable, sourire toujours là et des journées qui peuvent s’allonger. Mais sous cette apparence, se cache une tout autre réalité. Les femmes doivent prendre conscience que les outils discriminatoires, humiliants et irrespectueux envers la femme ont changés et évolués. Car oui, ils sont toujours là, mais sous une forme différente.

Que l’on soit conscient ou pas de ces pratiques, elles portent atteinte à son corps, à tout son être et à sa dignité. Étant donné que tout ceci n’est que diktat.

La vidéo est très courte, mais montre bien qu’il n’existe pas de corps parfait enfin si…, celui que vous regardez tous les matins. Il est parfaitement imparfait, ce qui le rend unique. Le terme de perfection devient ridicule car les critères ne cessent de changer au fil des siècles. Le regard des autres quant à lui, peut-être assassin.

Voici donc au moins 24 preuves que la société agresse les femmes. Surtout, n’hésitez pas à donner votre expérience dans  les commentaires, je serais ravie de la rajouter dans cette liste. Vous aussi les hommes, n’hésitez pas… Nous avons tant besoin d’équilibre et d’harmonie entre les deux sexes.

  • Les  publicités sont faites pour vendre du rêve et remplir le porte-monnaie (non pas le vôtre). Un bon commercial vend n’importe quel produit bah oui, le produit importe peu, le plus important c’est le porte-monnaie. On voit donc, des photos truquées (de corps parfaits, de vie parfaite, du produit indispensable à votre vie…) utilisant un vocabulaire ciblé sur vos émotions, votre vécu. Le livre 99 francs Beigbeder ou le DVD (lien affilié Amazon ici) montre bien l’envers du décor.

 

  • Les  réseaux sociaux où tout est beau. Il est tout à fait normal de se comparer à la vie des autres. Est-ce qu’il/elle a réussi dans sa vie ? A-t-il/elle des enfants ? Et tout y passe… Mariage, physique. Sa vie si “banale” fait bien triste à côté, seulement voilà, ce n’est qu’un culte du Parfait avec une mise en scène et des images soigneusement chouchoutées (ou pire retouchée). Sauf que, dans la vraie vie, on a tous nos petites ou grosses galères, nos petites imperfections et j’en passe.

 

  • La standardisation de l’être. C’est incroyable comme la société nous formate à son image. Après la production de masse et ses gabarits, c’est autour des femmes. Aujourd’hui, il suffit de voir les regards moqueurs, lorsqu’une femme sort du lot par sa tenue vestimentaire ou capillaire. En standardisant à outrance, on laisse beaucoup de femmes sur la touche. C’est classe de porter un 36/38 pour pantalon et si je fais un 40 ? Je dénigre mon corps, je commence à détester mes bourrelets (ceux que j’ai pris pour mes grossesses?) Et ces rides, j’en fais quoi parce que la femme parfaite, elle en a pas. (Elle ne doit pas, non plus, sourire la femme parfaite sinon attention aux vilaines rides). Et cette standardisation va bien au-delà avec des modèles qui s’importent partout (et alors que vous pensez vous dépayser, vous retrouvez le même bar branché avec les mêmes nanas et les mêmes gars, des clones tendance). Ne laissons pas nos différences s’effacer parce que la différence de l’autre émoustille les sens et nous fait vibrer.

 

  • La Mode: Pratiquement, tous les podiums montrent des  femmes maigres (enfin squelettiques) comme le dit Victoire Maçon Dauxerre, ce sont des cintres ambulants, avec une taille 32 pour toutes. Son livre “Jamais assez maigre” est disponible ici (lien affilié Amazon.) Ce canon de la maigreur est un scandale car, il est impossible de l’atteindre sans mettre sa vie en danger. Et surtout, il est à noter que la femme a tendance à se voir plus grosse qu’elle ne l’est.

 

  • Cette quête du corps parfait entraîne des régimes pouvant aller jusqu’à des pathologies graves (anorexie, boulimie…

 

  • Les talons hauts. Une aberration pour des talons de plus de 10 cm, mais les autres, ne sont pas mieux. En effet, ceux-ci déplacent le centre de gravité du corps. Ce sont les articulations qui souffrent. Mais alors pourquoi? Pourquoi être maso? Peut-être parce que c’est un symbole de séduction (ou érotique en clair, un plus pour attirer les hommes). Il fut un temps où le simple fait de montrer sa cheville suffisait !

 

  • En faisant des recherches sur les talons hauts, je suis tombée sur une pratique chirurgicale: le loub job (une solution pour atténuer la douleur causée par les talons aiguilles. Les vendeurs de talons hauts sont ravis et les chirurgiens aussi. Que demander de plus ?! J’aurais aimé ne jamais connaître cette pratique. Non, franchement le monde tourne de travers. Je vous mets un article de l’express.fr ici. Cerise sur le gâteau, cela se pratique en France.

Alors, toujours partant(e) ? Parce que la société de consommation est incroyablement ingénieuse et si… INSPIRANTE pour les femmes modernes.

  • L’accouchement avec sa position allongée sur le dos qui vous aide, qui facilite le travail des gynécologues obstétriciens.

 

  • La maternité doit être parfaite, des kilos point trop n’en faut quand même et surtout, être impeccable une fois l’accouchement fait. Et oui, la femme parfaite est à la fois une femme, une épouse et une mère (après le bébé, retour à une vie sexuelle épanouie. Maman a toujours dit pour garder un homme, il n’y a que çà de vrai :))

 

  • Les injonctions. Je suis persuadée que vous avez déjà eu affaire à elles. En voici quelques une, “Faut souffrir pour être belle/ Tiens toi droite/Sois belle et tais-toi…” Cela s’appelle des boulets, que les femmes se traînent depuis la nuit des temps. Il y a un gros travail à faire là-dessus.

 

  • La culpabilité (un sentiment parmi tant d’autres) de ne pas bosser mais d’être avec tes enfants et de les voir grandir, de ne pas avoir d’enfant et de ne pas en vouloir, de laisser son enfant chez la nounou parce que le monde du travail, c’est productivité avant tout. (Au passage, le jour où vous serez en burn-out, vous inquiétez pas, il y aura la relève pour votre poste. Bah oui personne n’est indispensable au travail)

 

  • Les objets connectés. Est-ce que les individus sont conscients des effets néfastes des émissions d’ondes? J’en doute, vu l’effervescence des portables, des antennes relais, des objets connectés. Il n’y aura bientôt plus de zone blanche franchement, personne ne s’inquiète ? Ne pas avoir le choix est contraire à la démocratie. De plus, les motifs évoqués pour les objets connectés, c’est d’être bon pour sa santé. Encore une question de contrôle et de perfection, autant dire qu’il est dur de lâcher prise.

 

femme société agression
            Unsplash Alex Harvey

 

  • La vieillesse sujet tabou, dans une société parfaite (pas de poils qui dépassent, pas de graisses qui pointent son nez, pas d’odeurs naturelles…le rêve quoi). Mais alors, comment on fait ? Parce que les saisons qui défilent, le cycle de la Vie nous rappelle qu’après l’automne, c’est l’hiver qui arrive. Le corps et l’esprit évoluent et cette sagesse que l’on acquière par différentes étapes et processus, au cours de notre vie, nous permettent d’avancer vers cette mort qui terrorise tant de monde. Il est tout à fait normal de ressentir cette peur ou de la cacher au plus profond de soi car, notre société moderne nous a enlevés (et nous l’avons laissé faire), ces rituels si importants à notre existence.  En séparant les générations, belle invention les maisons de retraite, les anciens n’offrent plus de transmission. Ils perdent leurs rôles. Pire, tout ce qui touche à la vieillesse choque les plus jeunes. Notre société valorise les jeunes actifs mais les personnes plus âgées sont des livres ouverts, des mémoires ancestrales. Nous sommes échoués, perdus, sans repères alors oui, il est normal que la société moderne soit aussi malade. Comme les arbres, nous avons besoin de nos racines, d’un tronc fort et de branches pour capter toute cette énergie et devenir aussi lumineux que les étoiles dans le ciel. Respecter la Mort, c’est respecter la Vie. C’est vivre dans le Tout.

 

  • Le maquillage du vagin. Il faut embellir quelque chose qui ne l’est pas. Mais où va-t-on ?! Comment peut-on nous faire prendre des vessies pour des lanternes ! Le vagin est une porte ouverte. Il est très sensible, avec une flore intestinale précieuse. Je n’ose imaginer l’impact d’un produit qui pénètre bien au-delà des lèvres.

 

 

  • Les règles grand tabou (il faut les oublier, les cacher pour continuer sa vie “normalement”. Cependant, il ne faut pas oublier que les règles sont naturelles et saines pour la femme. C’est une période de Detox encore mieux que tous les compléments alimentaires. C’est pour cela, que cette période doit être un moment pour la femme. Un temps pour soi, un temps sacré.

 

  • Les poils. Sujet qui enflamme tout le monde car, une femme libre devrait avoir le choix de s’épiler ou non. Cette liberté n’existe pas, il suffit de voir la tête des gens devant des jambes ou aisselles poilues: le dégoût !

 

  • L’épilation intégrale. Entre la jungle et plus rien, il y a un fossé. Qu’on ne me dise pas que c’est un plaisir de s’épiler parce que non, pour l’avoir testé, çà fait horriblement mal et personnellement, quand j’ai vu le résultat, j’ai été choqué par l’aspect petite fille. Si vous le faites pour votre homme et bien, proposez-lui la même chose (pas le rasoir hein la cire, c’est mieux ! :))

 

  • Le naturel, là encore libre choix à tout le monde de faire comme il l’entend mais tout pousse à cacher, masquer, éradiquer.

 

  • La cellulite et/ou le gras doivent être évincés par tous les moyens. Seulement voilà, nous sommes génétiquement programmées pour en avoir.  Une chance pour les laboratoires qui innovent de techniques et de crèmes en tout genre. On peut aussi faire du sport, favoriser une bonne alimentation, se prendre des moments pour soi pour se masser ou se faire masser et s’accepter enfin !

 

  • Les inégalités. Elles sont nombreuses même si des efforts sont faits. (salaire, carrière professionnelle, ménage, retraite…)

 

  • L’aguicheuse. Les hommes lorsqu’ils draguent, sont des Don Juan. Personnellement, je réfléchis à deux fois avant de mettre une jupe ou un décolleté et encore plus, si je dois prendre les transports en commun. C’est vraiment dommage, mais au moins j’évite les regards insistants ou les réflexions intrusives.

 

  • La pilule. Ma mère a fait ce qu’elle a pu mais, elle ne m’a jamais dit que les règles étaient artificielles sous pilule. Je pense qu’elle n’était pas au courant, non plus. Le médecin a omis aussi de me dire tous les effets secondaires possibles. C’est choquant de faire confiance à son médecin surtout, le jour où l’on se rend compte du business de la maladie.

 

  • La chirurgie esthétique (et je dis bien celle pour le plaisir) Augmentations mammaires, liposuccions… Ce qui permet d’améliorer son image ou effacer un complexe à coups de scalpel, ne sert à rien. Il faut aller à la source du mal-être pour s’épanouir et s’accepter.

 

  • Les attaques sexuelles englobent le sexisme ordinaire et l’objectivation sexuelle, regards, gestes ou remarques.

 

Cette liste ” 24 preuves que la société agresse les femmes ”  touche à sa fin. Je serais ravie de rajouter vos idées, votre vécu,  dans la vie de tous les jours…

 

Pour finir en beauté, voici 3 étoiles pour votre journée,  un mantra parfait pour cet article

“Je m’aime et je suis fière de moi.”

ainsi qu’une citation d’Erin McKean

“Vous “n’avez” pas à être belles. Vous ne “devez” la beauté à personne. Pas à votre petit ami/époux/partenaire, pas à vos collègues, et surtout à des hommes aléatoires dans la rue. Vous ne le devez pas à votre mère. Vous ne le devez pas à vos enfants et vous ne le devez pas à la civilisation en général.”

Et un article présentant Jess Fielder (Photographies Project: Self Love ) ici

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.