Bye Bye mon soutien-gorge!!!

Nous ne sommes pas en mai 68 mais dans mon placard et sur mon étendoir:

 c’est la révolution

!!!

Pourquoi?!  Parce que depuis quelques années j’ai jeté mes soutiens-gorges à la poubelle.

Je ne résiste pas à l’envie de vous donner quelques dates clés sur l’histoire de ce soutien-gorge:

En 1904, il apparaît sous le terme de « Gorgerette », dans le dictionnaire Larousse et remplace le corset que les médecins hygiénistes et les suffragettes dénoncent. (Pour ceux qui se poseraient la question, la gorge voulait dire la poitrine à l’époque laissant à la gente pudibonde, tout loisir de s’exprimer dans un langage non vulgaire.)

Dans les années 60, nous voyons une libération de la femme avec la création des mouvements féministes, le fameux mai 1968 mais aussi des avancées sur les droits des femmes. La loi Veil voit le jour sur l’avortement, en 1975 et change totalement la vision du corps de la femme. L’autonomie intellectuelle et physique est en marche.

A noter que la définition du soutien-gorge est de « oh » soutenir. Alors je dis Oui pour les grosses poitrines car cela peut soulager entre autre le dos mais je pense que dans ces cas- là, il faut vraiment prendre soin du choix de la marque et trouver la bonne taille. Il existe aussi d’autres solutions sans armatures et sans trop compresser mais pour les autres poitrines, cela n’est pas vital. Pour le coup, les petits seins n’ont pas que des inconvénients.

Un jour, dans une discussion, une amie m’a dit qu’elle n’avait jamais porté de soutien-gorge. J’avoue qu’à l’époque, j’ai fait une drôle de tête. En effet, jamais oh grand jamais, je ne m’étais interrogée sur le port ou non de ce sous- vêtement.  Mais cette discussion fît remonter un souvenir. Étant ado, je me souviens que ma mère me forçait à en mettre un, prétextant que c’était bon pour le maintien de mes seins. J’entends encore le « Si tu ne mets pas ton soutien-gorge, ils vont tomber plus tard. » Je me suis donc forcée et cela ne fût pas une partie de plaisir. J’en retiens une grande oppression, ne plus pouvoir respirer. Pour m’y habituer, je dormais donc avec mais ce sous- vêtement me semblait si inutile et barbare.

Quelques années plus tard, tout était oublié et tous les matins, je le mettais de façon automatique.

Mais la révélation de mon amie eût pour conséquence, la remise en question de l’utilité de la « bête ». Ses seins n’étaient pas fermes comme ceux d’une ado mais pas par terre non plus. Elle avait quand même eût des jumeaux. Alors si cette peur n’était pas fondée à quoi bon continuer? J’avais envie d’expérimenter moi- même, me faire une idée et voir par la suite.

Je fis ma petite enquête sur la libération des seins et j’appris qu’un mouvement féministe avait protesté en 1968. Le New York Radical Woman. Selon elles, « le soutien-gorge est le symbole d’une oppression subie par les femmes sans même qu’elles ne s’en rendent compte. Le signe qu’elles ont été séduites par des rituels esthétiques et contraintes de se conformer à l’idéal imposé par la société. »

Nous touchions à un point qui allait au-delà du simple confort mais j’aime beaucoup leur vision de l’oppression des femmes « sans s’en rendre compte ». Tout est là… J’en ai porté parce qu’on me l’avait enseigné. Cela était devenu aussi normal que de me brosser les dents. Mais l’oppression est bien là et elle commence par son corps. Nos seins sont opprimés, écrasés, cachés alors qu’ils sont vibrants. De plus, le soutien-gorge comprime le système lymphatique et il est vital pour celui-ci de bien circuler car il draine tout l’organisme. De plus des études montrent que les seins ne tombent pas plus sans. 

Pour ma part, c’est la grossesse et l’allaitement qui ont changé la forme de mes seins par le changement de volume et non le soutien-gorge. Combien de femmes, le soir en rentrant d’une longue journée, le dégrafent?!

Il faut quand même que je vous raconte mes débuts. Je décidais donc de l’enlever. Etre programmé pour le mettre tous les matins est une habitude tenace. J’ai donc commencé par mettre un débardeur à la place car je me sentais comme nue et oui je me souviens d’avoir été gênée par le regard des autres dans la rue. Je m’imaginais que tout le monde voyait que je ne portais pas de soutien- gorge.

Heureusement, tout ceci était dans la tête. C’est évident…Certains le verront et d’autres non mais le plaisir d’avoir le choix est immense. De plus, il n’y a rien de choquant surtout si je le compare à certains strings qui dépassent.

Il y a aussi un autre plaisir. Au début, j’ai dû m’adapter aux frottements du tissus dessus car soyons clair le sous- vêtement ne bouge pas donc le ressenti n’est pas pareil: Je découvrais mes seins. (Ceux qui l’ont vécu comprendront.) Aujourd’hui, je ne ressens plus cela. Par contre, j’aurais pu garder  un soutien-gorge juste comme accessoire érotique  et bien je peux le dire haut et fort, je n’arrive plus à en remettre. J’étouffe littéralement. Mais je comprends tout à fait qu’une femme se sente belle et désirable avec. Pimenter un peu ces soirées et surtout être à l’aise avec cet accessoire non pas par obligation ou habitude mais par plaisir. Car il est évident que le soutien-gorge  doté de dentelle comme le maquillage (le rouge à lèvres est LE symbole !!!) est aussi demandé et valoriser par les hommes.  Si la femme a besoin de cela pour se sentir féminine  tant mieux mais c’est vrai que le push up risque de tomber à l’eau lorsque vous l’enlèverez. Certaines femmes par exemple, ne peuvent pas sortir sans maquillage. Bon je rigole aimez vous telle que vous êtes avec vos « défauts ».     

Le seul problème que j’ai rencontré c’est celui du personnel médical et autres rendez-vous importants où il faut se déshabiller. Je ne me voyais pas topless. Du coup, je mets un bandeau et c’est parfait.

Aujourd’hui, les mouvements topless militent pour la non-sexualisation. Pour faire simple, un téton d’homme est identique à un téton de femme. Elles ont autant le droit d’être seins nus. Une phrase me vient : Un homme libre sexuellement est un Don Juan alors qu’une femme est une S……. Tout est question de point de vue et de paradoxe.   

Enfin merci à ses mouvements féministes d’exister car grâce à elles nous avons la liberté de choisir, le soutien-gorge devient un outil au profit de la femme.

« Mon corps si je veux quand je veux, tel qu’il est. »

( Collectif féministe les Tumultueuses.)

♥ 

     

  • sculpture païenne

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
wpDiscuz